fbpx

Message à SEM

Il ne suffit pas d’être inquiet ! Envoyez dès maintenant un courrier au secrétaire d’État Mario Gattiker et demandez-lui d’agir !

Les camps des îles grecques ont actuellement une population de 36 021 habitants, bien qu’ils soient officiellement prévu pour accueillir un maximum de 8 759. 1 000 personnes se partagent l’accès à un point d’eau, 200 personnes utilisent les mêmes toilettes et la plupart d’entre elles vivent dans des tentes instables qui fuient. Ces images sont indignes d’une Europe du 21e siècle et mettent en grave danger des vies humaines pendant la menace de Covid-19. La Grèce est dépassée par la situation. Les soutiens financiers de la Suisse et de l’UE n’ont pas apporté d’améliorations ces dernières années. Les mineurs non accompagnés ayant des liens familiaux avec la Suisse ne sont pas enregistrés pendant des mois, ce qui rend impossible le regroupement familial en vertu de l’article 8 de Dublin. Les personnes à risque face au Covid-19 continuent de vivre dans les structures du camp – qui sont particulièrement dangereuses pour elles – et sont sans défense contre le risque d’infection. En outre, il n’y a pratiquement pas de ressources gouvernementales disponibles pour traiter les maladies ou les traumatismes.


Texte du courriel

Monsieur le Secrétaire d’État Gattiker, 

Je suis préoccupé(e) par la situation en Grèce et à la frontière extérieure de l’Europe. Depuis des années, les conditions de vie des personnes en fuite ne cessent de se détériorer. Au lieu de créer des voies d’accès sûres pour les personnes en fuite, les accords de migration se concentrent de plus en plus sur l’illégalité de la migration, la fermeture et même l’externalisation des contrôles aux frontières. Dans les camps des îles grecques, les gens vivent dans des conditions catastrophiques qui violent les droits humains les plus fondamentaux et mettent en danger leur intégrité psychologique et physique. La Suisse y participe également activement. En tant qu’État membre de Dublin, la Suisse partage la responsabilité de la situation en Grèce et aux frontières extérieures de l’UE.

Je m’adresse donc à vous, Monsieur le Secrétaire d’État Gattiker. Parce qu’il ne suffit plus d’être inquiet. Nous ne pouvons pas continuer à rester silencieux alors que les droits humains sont violés. La Suisse doit agir maintenant. Je vous demande d’évacuer immédiatement les personnes des camps situés sur les îles grecques et de les accueillir en Suisse. Ce qui était possible dans les années 90 doit l’être aussi aujourd’hui. La Suisse dispose d’un espace suffisant et des ressources nécessaires pour organiser une grande opération d’accueil humanitaire. Le regroupement familial de 23 mineurs non accompagnés est loin d’être suffisant.

Le 23 juin, le Conseil fédéral recevra les pétitions d’évacuer MAINTENANT, d’Amnesty International Suisse et du réseau Migrationscharta.ch. Le Conseil national souhaite clairement que la Suisse fournisse “ses propres services de solidarité” et qu’elle accepte les réfugiés de Grèce en conséquence. C’est maintenant à vous de répondre à ces demandes de la société civile et de la politique.

Nous sommes nombreux – et nous ne resterons pas silencieux tant que les cruautés des politiques migratoires inhumaines se poursuivront.

Salutations solidaires, engagées et combatives


Afin de nous tenir informés du nombre de participants à cette campagne de courriels, nous avons inscrit un membre d’évacuer MAINTENANT dans la liste cachée des destinataires (BCC). Si vous ne souhaitez pas que Evacuate NOW reçoive votre message, vous pouvez supprimer l’adresse jojo@evakuieren-jetzt.ch dans le BCC.